Avril 2010 - Université des Sports de Pékin

Le Daoyin Yangsheng Gong

Entretien avec le Professeur Zhang Guangde par Martin Pendzialek

L’entretien a été mené avec l’aide de Zhou Jin de l’Université des Sports de Pékin qui a traduit du chinois en allemand.
Traduction : allemand-anglais Stefanie Stoll/ Allemagne  et Mark Atkinson/Grande-Bretagne.

Le Daoyin Yangsheng Gong est une méthode de Qigong créée récemment qui a pour but principal la prévention et le traitement des maladies. A côté des méthodes diverses de Qi Gong destinées à régulariser certains organes comme le cœur ou les poumons, il existe aussi le Taijiquan et des formes avec des armes dans le Daoyin Yangsheng Gong. Dans un entretien avec Martin Pentzialek, Professeur Zhang Guangde explique comment, à cause d’une maladie extrêmement grave, il en est venu à créer des exercices de Qi Gong et ce système. La combinaison du mouvement et de la concentration sur certains points d’acupuncture ou sur les méridiens ainsi que des mouvements en spirale qui visent à agir sur certains points, sont les caractéristiques du Daoyin Yangsheng Gong. Professeur Zhang nous raconte aussi les réussites des applications cliniques dans différentes défaillances des systèmes hormonal, coronarien ou nerveux, des pathologies des articulations et des maladies chroniques ; il définit aussi les conditions nécessaires pour pratiquer.

  

Professeur Zhang Guangde est le fondateur du système de Qigong «Daoyin Yangsheng Gong » (DYYSG). Au centre de Daoyin Yangsheng Gong de l’Université des sports de Pékin, Professeur Zhang et son équipe ont mis en place plus de 30 exercices qui peuvent être utilisés aussi bien pour préserver la santé que pour traiter les maladies. Ce système est maintenant enseigné dans de nombreux pays comme le Japon, l’Australie, Singapour, l’Espagne la France, la Belgique, la Grande-Bretagne, et l’Allemagne. En plus des exercices de Qigong, le Daoyin Yangsheng Gong comprend aussi trois formes de Taiji à main nue, ainsi que des séries avec des armes comme l’épée et le bâton. Professeur Zhang Guangde est né à Thangshan dans la province du Hebei en 1932. Dans sa jeunesse il a pratiqué avec enthousiasme les arts martiaux chinois (Wushu) et est entré à l’Institut du Wushu, à l’Université des Sports de Pékin en 1955. Après avoir réussi ses études en 1955, il a donné des cours à l’Université des Sports de Pékin et quelques années plus tard, a été l’un des premiers enseignants de Wushu dans une université chinoise.

 

Martin Pendzialek : Professeur Zhang, Depuis 1974, vous développez le système du Qigong Daoyin Yangsheng Gong. Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à créer ces exercices ? 

Zhang Guangde : C’est une longue histoire. A la fin de la révolution culturelle chinoise, je suis tombé gravement malade. Presque tous mes organes étaient touchés : je souffrais d’hypertension, de troubles cardio-vasculaires et digestifs, d’hépatite, de tuberculose et de désordres sanguins, donc le tableau était très noir. Mon docteur m’a annoncé que la médecine à elle seule ne pourrait pas guérir ces maladies. Il m’a recommandé d’utiliser mon expérience en Wushu et Taiji (en complément  de mon traitement). Au début, j’ai créé huit exercices pour traiter ma tuberculose ; c’était la base pour la  « série des 49 mouvements pour stimuler le Qi dans les méridiens ». A cette époque là, je ne pouvais pas me lever. Dans cette situation  grave, je prenais des médicaments et je pratiquais ces exercices simples jusqu’à complète guérison.

 

Le système de Daoyin Yangsheng Gong appartient au Qigong en mouvement (Donggong). Est-ce que vous pouvez expliquer en quoi cela consiste ? 

En 1982, j’ai pu continuer mon travail à l’Université des Sports de Pékin et j’ai décidé de créer d’autres méthodes pour les gens . Tout d’abord, j’ai créé les formes « debout » comme le cœur, les poumons, la rate, l’estomac, les muscles et les os, les reins, la santé en général et le Qigong des 49 mouvements. Pour les personnes âgées et les malades j’ai créé les formes assises du cœur, des poumons, des muscles et des os et du Qigong pour préserver la santé. De plus, il existe les formes pour le cerveau et les yeux, ainsi que les exercices pour régulariser la fonction du foie et de la vésicule biliaire. En outre, pour les pratiquants confirmés, il y a trois formes de Taiji à main nue et une forme à l’épée. Ainsi il y a 5 niveaux dans le Daoyin Yangsheng Gong:

-         exercices de base et 4 exercices de régulation (corps – respiration – esprit – Qi / sang)

-         exercices pour les troubles variés de différentes fonctions

-         première et deuxième série du Taiji à main nue (39 mouvements)

-         forme du Taiji à l’épée (33 mouvements)

-         exercices simplifiés de Daoyin Yangsheng Gong.

 Chaque exercice comprend une explication de la théorie concernant la  médecine chinoise ainsi que les expériences des pratiquants de cet exercice.

 

Que veut dire Daoyin Yangsheng Gong?  

Daoyin Yangsheng Gong est le mot classique pour désigner le Qigong , ce que je voulais garder. J’ai ajouté le terme «Yangsheng » pour former un tout pour créer le nom «Daoyin Yangsheng Gong » en 1984. Ce nom désigne l’harmonisation du corps, la respiration et l’esprit par les exercices de Daoyin pour stimuler les méridiens et conduire le Qi. C’est une forme d’exercices que l’on peut pratiquer tout seul pour améliorer la santé physique et psychique  et par là, la qualité de la vie.

 

Par rapport au Qigong quelles sont les caractéristiques du Daoyin Yangsheng Gong? 

Voici les points caractéristiques : l’attention ou l’esprit est régularisé par les mouvements physiques alliés aux exercices de concentration. Des méthodes variées sont utilisées : 

-         concentration sur un point d’acupuncture ou une région (Yishou)

-         conduire la concentration le long des méridiens (Yinian)

-         pratiquer la Grande et la Petite circulation  

J’ai choisi différents points d’acupuncture ou des régions pour les différentes maladies, par exemple : Laogong (péricarde 8) pour les maladies cardio-vasculaires, Shangyang (gros intestin 1) pour les maladies respiratoires et Dantian pour les maladies de l’estomac et de l’intestin. 

Lors de la pratique, la concentration est naturelle, fluide, légère comme un fil de soie.

Lors des exercices la respiration pelvienne devrait être fine, légère, régulière et profonde. Des méthodes spécifiques existent pour diverses maladies. Pour les troubles du système cardio-vasculaires, on peut utiliser la méthode du Qigong pour le cœur « calmer le cœur et régulariser la circulation sanguine » ; dans ce cas la respiration est lente et plus longue. Les exercices de Qigong pour le poumon « bénéfiques au système respiratoire » mettent l’accent sur l’expiration pour favoriser la guérison des fonctions du corps et des alvéoles pulmonaires. Pour les troubles du système digestif, on insiste sur la respiration abdominale qui masse les organes internes pour aider la circulation sanguine et la circulation du Qi dans cette région.

Une autre caractéristique des exercices du Daoyin Yangsheng Gong est les mouvements de torsion en spirale pour stimuler certains points situés aux poignets et aux chevilles. Pendant les positions de repos et pendant les mouvements la tension et le relâchement sont associés puisque la relaxation à elle seule ne peut pas stimuler les points d’acupuncture et les méridiens. Ainsi, pendant la pratique, on fait un étirement léger sans tension. Ce n’est qu’en associant la douceur, la lenteur et la fluidité des mouvements du corps que la respiration et la concentration peuvent être régularisées simultanément. Enfin, on appuie avec les doigts et on masse avec les mains les points d’acupuncture et les méridiens.

 

Les exercices de Daoyin Yangsheng Gong sont utilisés en Chine pour préserver la santé ainsi qu’à des fins thérapeutiques ? Quelles sont les expériences et les résultats connus dans le traitement des maladies ? 

Nous avons déjà beaucoup d’expériences et de résultats. Dans la province de Shanxi, il y a un centre hospitalier universitaire où l’on utilise le Daoyin Yangsheng Gong. On déclare que nos méthodes peuvent régulariser divers troubles fonctionnels des systèmes hormonal, cardio-vasculaire et nerveux, des troubles moteurs et des maladies chroniques.

Pour que les méthodes soient efficaces spécialement dans le traitement des maladies, il faudrait remplir les conditions suivantes : 

-         Les patients font les mouvements en respectant les normes établies.

-         Il est important de préparer les exercices et de les évaluer après.

-         La vitesse des mouvements devrait être régulière.

-         La relation entre la respiration et le déplacement du poids du corps devrait être faite avec précision et sans à-coups.

-         Les pas devraient être faits selon les normes.

-         Le regard devrait être associé à la concentration sur des points d’acupuncture spécifiques. 

Ainsi, les expériences dans cet hôpital montrent les principes les plus importants du Qigong. Les mouvements sont combinés avec le  contrôle de la respiration et de la concentration.

 

Est-ce que les exercices de Daoyin Yangsheng Gong devraient être utilisés séparément en médecine ou peuvent ils être combinés avec d’autres mesures thérapeutiques ? Y- a-t-il des aspects que les malades doivent prendre en compte quand ils pratiquent le Daoyin Yangsheng Gong? 

Je pense que le Daoyin Yangsheng Gong peut être associé à d’autres thérapies. Bien sûr un diagnostic médical est un pré-requis avant de recommander l’exercice qui convient. Il est aussi important d’avoir des professeurs qualifiés. Le Daoyin Yangsheng Gong ne peut pas remplacer le traitement médical. Cependant, ceux qui ont des maladies chroniques peuvent réduire la prise de médicaments après consultation de leur médecin.

 

Les arts martiaux et les arts du mouvement du corps, ainsi que la médecine traditionnelle chinoise connaissent un intérêt grandissant dans le monde entier depuis quelques années. Que pensez-vous de ce développement et à quoi devraient prêter attention ceux qui pratiquent en dehors de la Chine afin de pouvoir apprécier les effets de ces trésors culturels ?  

Les arts martiaux chinois et les arts du mouvement du corps deviennent très populaires dans les pays occidentaux. Je pense que c’est dû aux progrès scientifiques et technologiques de ce siècle. Tout le monde veut être en bonne santé et a le droit de la conserver. Les arts martiaux chinois et les arts du mouvement du corps offrent des méthodes spécifiques pour être en bonne santé et pour combattre les troubles et maladies provoqués par le stress spécialement dans les pays industrialisés. Il est nécessaire de retrouver le lien originel qui lie l’homme et la nature. Le besoin que les gens éprouvent pour le calme, l’équilibre et la nature est lié directement aux progrès rapides dans les domaines de la technologie et de la science qui nous séparent des lois naturelles de l’harmonisation de la vie. Je souhaite que les gens dans les pays occidentaux continuent à appréhender les arts chinois. Il y a une différence entre les sports de compétition qui impliquent une pression physique élevée et les arts traditionnels chinois. Le Qigong et le Taijiquan entretiennent la santé physique et psychique et aident à préserver l’énergie vitale et les fonctions physiques du corps à l’aide de mouvement doux et lents. Le Qigong et le Taijiquan aident à entretenir les organes internes. Je suggère aussi que les gens continuent à entretenir les échanges amicaux entre les cultures et cherchent à pénétrer plus avant les trésors de la culture chinoise. Ces arts offrent la possibilité de comprendre la culture chinoise à travers des exercices.

 Professeur Zhang, merci beaucoup pour cet entretien.